Celles

Commune de Celles (Lac du Salagou - Hérault 34)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Histoire de la commune

Celles et le Lac du Salagou
Quelques Dates Pour Comprendre

Dans les années 50, le Salagou n'est qu'un mince filet d'eau, ruisseau affluent de la Lergue, qui elle-même se jette dans l'Hérault. Le village de Celles compte 80 habitants, pour la plupart agriculteurs.

1959 : La crise viticole amène les pouvoirs publics à envisager une reconversion du vignoble en verger, ce qui nécessite la création d'une réserve d'eau pour l'irrigation. Premières études pour l'édification d'un barrage sur le ruisseau du Salagou, dont les crues sont souvent spectaculaires.

1959 - 1968 : Période d'achats et d'expropriation des propriétés concernées par la mise en eau de la vallée, prévue en deux temps : tout d'abord à la cote 139, puis 150. Celles (altitude 143 m) est destiné à être submergé lors de la seconde étape de réalisation de la retenue. Bien qu'indemnisés, les propriétaires restent pour la plupart attachés à leurs terres et à leur village. Le département de l'Hérault devient propriétaire de la quasi totalité du village, hors bâtiments communaux (mairie, ancienne école, église, logements du curé et de l'institutrice).

Octobre 1969 : Mise en eau du barrage. Des pluies torrentielles remplissent à moitié la retenue en trois jours. Le lac mettra ensuite trois années pour atteindre son niveau actuel, 139 m. Les anciens propriétaires quittent le village devant la montée des eaux, mais le statut de commune perdure.

1970 : Pillage des maisons par des "bricoleurs du dimanche". Installation d'une communauté "hippie", qui restera 3 ans.
Installation d'un berger, M. Robert BOUDOU, dans le hameau des Vailhés dépendant de la commune de Celles et également déserté après achat des propriétés par le département.

1976 : Installation dans les locaux municipaux de M. Joseph BIENVENIDO, surnommé "Bichette", qui sans eau ni électricité ni téléphone assurera le gardiennage du village. Le vol devient moins intensif mais les maisons déjà dépouillées des tuiles, fenêtres et carrelages se délabrent rapidement.

1984 : Installation d'un deuxième éleveur aux Vailhés sous la pression du syndicalisme agricole, et conclusion de baux emphytéotiques pour les deux familles en place, leur conférant un droit réel. C'est la première étape vers un repeuplement de la commune.

1985-88 : Réhabilitation du secrétariat de mairie, de l'église, puis aménagement de deux appartements dans les bâtiments communaux. Raccordement téléphonique et électrique. Création de l'association "Sauvons Celles" par les enfants des derniers propriétaires, ayant pour objet de prouver la réalité de la vie communautaire face à un projet de rattachement de Celles à une commune voisine.

1990 : Décision du Conseil d'Etat en faveur du maintien de statut de commune.

1991 : Aménagement de la place du village.

1995 : M. Henri GOUDAL met un terme à ses fonctions de maire après 4 mandats consécutifs. Sa fille Joëlle est élue maire. Aménagement de "la Guinguette" proposant des animations estivales régulières, par le biais de l'association "Celles la vie".

Février 1996 : Le Conseil Général de l'Hérault fixe définitivement la cote maximale des eaux du lac à 139 m, libérant ainsi officiellement Celles d'une menace de submersion entretenue depuis 30 ans.

1997 : Elaboration par la municipalité du projet "Oasis des talents et de la nature", proposant au département de l'Hérault et à l'Etat d'entreprendre une réhabilitation du village orientée vers l'art et la nature. Le projet est jugé trop dépendant de financements publics en investissement et fonctionnement, donc classé sans suite.

15 janvier 2000 : L'édition locale du "Midi Libre" annonce en gros titre une "pluie de dollars sur le Salagou". Il s'agit d'un projet de complexe hôtelier de grande envergure avec golf, financé par un investisseur américain et soutenu par le département de l'Hérault, dont l'implantation est envisagée sur le territoire communal de Celles, à l'aplomb du hameau des Vailhés. Devant la forte mobilisation de l'opinion et les obstacles juridiques (les terrains pressentis sont occupés sous un régime de baux emphytéotiques conférant un droit pratiquement équivalent à une propriété temporaire), le projet est abandonné quelques mois plus tard. En parallèle, le Conseil Général propose d'engager une nouvelle réflexion sur l'avenir du village de Celles.

2001 : Etude avec un financement départemental sur l'opportunité de réhabiliter le village de Celles : les propositions émises s'avèreront peu exploitables de l'avis du département comme de la commune.

Janvier 2002 : La municipalité présente un nouveau projet de réhabilitation au département. Cette fois, il s'agit de favoriser l'implantation sur le village d'entrepreneurs (et de leurs familles) spécialisés dans les métiers relevant de l'environnement, et notamment de la construction environnementale, afin de créer un pôle vivant tenant lieu de référence en la matière. La globalité du projet (infrastructures publiques et implantations privées) s'inscrirait dans une démarche HQE (Haute Qualité Environnementale). L'idée recueille l'assentiment de l'exécutif départemental.

2002 : Une série de réunions de travail entre les deux collectivités (municipalité et département) permet d'affiner le projet.

Février 2003 : Le département mandate la société Hérault Aménagement pour réaliser les études de faisabilité du projet.

Mars 2003 : Une première réunion de sensibilisation rassemble à Celles une dizaine d'entrepreneurs de la région (architectes, bureaux d'études, entreprises d'éco-construction, constructeur bois, installateurs solaires). Pour la première fois depuis 35 ans, il est permis d'espérer voir revivre le village…

21 Août 2003 : Classement du site du Salagou, de Celles et des Vailhés par arrêté du Ministre de l'Environnement. Cette procédure va freiner considérablement le projet de réhabilitation du village, déjà mis à mal par un imbroglio administratif et le manque de moyens financiers. Les habitants de Celles ont depuis 40 ans montré leur détermination et ... leur patience, il faudra sans doute attendre encore de longues années avant de voir à nouveau des pots de fleurs aux fenêtres du village de Celles...

2003 - 2009 :
Les études se succèdent sur la faisabilité du projet de réhabilitation du village, avec pour souci primordial une démarche exemplaire au niveau environnemental. Des solutions techniques ont été imaginées pour les infrastructures préalables à toute rénovation du village : alimentation en eau potable et assainissement. Compte tenu de la fragilité du site, ce dernier point nécessite une attention particulière, en termes de réalisations responsables (gestion des eaux usées sur le territoire et non renvoi vers les territoires voisins) et écologiques (traitement par macrophytes, retraitement des rejets ultimes). Un certain nombre de problèmes d'ordre juridique sont apparus au cours de ces études, notamment la qualification des terrains et bâtiments dans les domaine public ou privé de la propriété départementale, réglementations liées au barrage lui-même (risques d'inondabilité, etc.).
Parallèlement, les élections municipales de 2008 font basculer la mairie de Lodève à gauche, ce qui entraînera dans la foulée la fusion des deux communautés de communes Lodévois et Lodévois-Larzac, et l'adhésion de Celles à la nouvelle intercommunalité.



Publié le lundi, 16 novembre 2009 par Camille Bernard

Commentaires

1. Le lundi, 15 février 2010, 17:39 par Virginie

Je me suis rendue à Celles aujourd'hui pour la 1ère fois dans le cadre de mon travail.
J'ai été très surprise de découvrir ce village "meurtri" sans en comprendre la cause.
Ne vivant dans l'Hérault que depuis l'an dernier, je n'avais jamais entendu parler de votre histoire.
Et bien, je la trouve bien triste et c'est surtout dommage mais j'encourage vivement toutes les personnes qui essayent de faire revivre le village à continuer, même si face aux pouvoirs publics, vous devez quelques fois perdre espoir.
Et bravo pour ce joli site qui permet à tous de connaitre et de comprendre votre histoire et surtout de la répendre pour que personne n'oublie.

Chaleureusement,

Virginie

2. Le dimanche, 5 décembre 2010, 10:50 par Pat

Je fais de la rénovation à la chaux, je vous prête mes mains si vous avez besoin !!!Il faut que ce village revive un jour!!!!
Bon courage!
Pat

3. Le lundi, 13 juin 2011, 10:52 par sandrine

Bonjour,
Je suis très intéressée par le projet de réhabilitation de ce village, moi même habitante d'un petit village de Corrèze et désireuse de m’installer dans le sud de la France, je suis partante pour une aventure comme celle-ci! je suis maman de 2 enfants (13 ans et 6 ans), je fais de la peinture sur bois, et de la restauration de meuble et mon compagnon est charpentier couvreur.
J'aimerais entrer en contact avec les personnes responsables du projet pour avoir plus de renseignements et si notre profil vous intéresse nous pourrions nous rencontrer.
A très bientôt j'espère.
Sandrine

4. Le jeudi, 29 mars 2012, 22:35 par julie

Une belle journée pour découvrir le lac du Salagou,et le village de Celles par la meme occasion!
Que de questions à l'approche du hameau et lors de sa visite...eveil de curiosité et naissance imaginaire à tout va!
Merci à Camille Bernard de m'avoir un peu apaisé!mais peut-on l'etre devant un tel gachis?
Ce village a une belle ame,et n'était vraisemblablement pas voué à disparaitre!
je fais le doux réve qu'un jour de nouvelle errance,j'y croise de la vie,des rires d'enfants et des vieux devant les maisons...et qui sait,peut-etre y aurais-je ma place?
parce que cet aprés midi,visitér ce village si mystérieux était un cadeau,comme une pause dans le tumulte de la vie,car là aussi,le temps s'est arrété...
De tout coeur avec vous pour la réhabilitation du village!
Julie